Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoires d'un scaphandrier or the Stories of a Commercial Diver
  • Histoires d'un scaphandrier or the Stories of a Commercial Diver
  • : Plongeur-Scaphandrier durant de très très nombreuses années, j'en ai vécu des choses sous eau et ailleurs. POUR VOIR TOUT LES ARTICLES PUBLIES ALLEZ AU BAS DE LA PAGE ET CLIQUER SUR TOP ARTICLES. TO SEE ALL THE STORIES GO AT THE BOTTOM OF THE PAGE AND CLIC ON TOP ARTICLES
  • Contact

13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 15:32

rupel vvc1979, I was still working on the construction of the Rupel tunnel.

One of the huge element’s had been placed across the canal a few days earlier and now a small dredger was blowing sand under and around the element to fill all the free spans and so stabilize the construction on the bottom.

My job for that day was to install some measuring equipment at the bottom of a steel pile that was driven at about 30 meters from the quay wall where the diving plant was installed, so that meant that I had to swim to the pile and then go down to do my work at - 24 m.

The underwater installation had taken around 45’ and as I had no more work to do I told the surface that they could recover the diver’s slack to bring me back near the down line that was hanging along the quay.

rupeltunnel

After a few seconds, my tender informed me that my umbilical was probably fastened somewhere because he couldn’t recover it.  

Ok I said, I’ll have a look at it and so I started to follow my hose to see where it was hooked.

It didn’t take long to find the problem. My umbilical was not hooked but on the contrary was completely buried under the sand.

In fact, the sand blown by the dredger had the fucking tendency to spread into the water over a very wide area before it was deposit on the bottom... but also on my breathing hose which at that time was not yet a floating one.

Off course, I tried to pull at it with all my strength but without any success.

As I saw that it was unnecessary to insist, I explained the situation to the surface and told them what I was going to do.

I had decided to free myself from the bottom by disconnecting my umbilical and come up freely to the surface where the surface team would recover me with the zodiac.

Disconnecting our hoses was not difficult for us because in those days, we used a Belgian patented fitting that could easily be connected / disconnected under water or even in mud because the fitting had a self-cleaning device.

After a minute or two the surface informed me that the boat was ready I decided to first test my bail out bottle, so I open the bottle, unscrew the umbilical fitting and … SHIT NO GAS.

Off course, I reconnected my umbilical immediately and started bitching about the big idiot I was for not having checked the pressure of my bail out before the dive.

So again I informed the surface of the slight additional problem stating that this time I expected now be hauled on board as quickly as possible once I reached the surface.

Ok, this time I was ready.

 I first pulled out the communication plug, disconnected the karabiner clip from my harness, put a little more gas in my constant volume suit to be slightly positive and finally drop the umbilical.

One off the advantage of this type of suit was due to the fact that in case of gas failure, it was always possible to breathe inside the suit for one or two minutes without having a CO² intoxication, and that’s what I did during my ascent, inspire the expanding gas through the nose, and expire it through my mouth piece to deflate my suit and so avoid an uncontrolled ascent.

I came up only few meters from the zodiac and it took the guys only a few seconds to catch me and pull me in the boat.

"Nice to see you guys" I said.

As I had dived less than an hour on a 45/55 NITROX gas I knew that I had no stops to do, but once on the wall I nevertheless preferred go on pure oxygen for some time because I had probably not respected the prescribed ascent rate.

Finally, all ended well for me except that because of my stupidity I was now obliged to buy a new umbilical.

 

Conclusion:

-        Always test the pressure of your bailout before diving.

 

Papy One

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 21:12

 Photo : Mes anciens collègues
Jerôme et Albert.
En 1979, je travaillais encore sur le chantier du Rupel tunnel. A l’époque, un des énormes éléments venait d’être posé dans le canal et pour le stabiliser sur le fond, une petite drague avait pour mission de rejeter du sable sous et sur les cotés de l’ouvrage.

Ce jour là, moi j’avais comme travail d’allez installer du matériel de métrologie contre un des pieux de balisage qui ce trouvait dans le chenal.

Le pieu sur lequel je devais plonger se situait à environ 30 m du mur de quai où nous avions installé le poste de plongée, ce qui en clair signifiait que j’avais à nager en surface jusqu’au pieu pour ensuite descendre à 24 m le long de la main courante.

Mon boulot sur le fond prit environ trois quarts d’heure et une fois qu’il fut terminé, j’informai la surface pour dire qu’on pouvait récupérer le mou du narghilé car j’allais remonter.

Après quelques secondes, mon tender m’informa que le narghilé devait être accroché quelque part car il ne parvenait pas à reprendre le mou.

Ok lui dis-je je vais allez voir.

Je ne dus pas allez loin pour trouver l’endroit où mon narghilé bloquait.

Il n’était pas accroché, mais au contraire, il était entièrement enterré sous le sable.

En fait, le sable injecté par la drague avait eut la foutue tendance à s’étendre bien plus loin que ce qui était initialement prévu et en se redéposant sur le fond, il s’était également déposé sur mon ombilical qui à l’époque n’était pas flottant.

Bien entendu, j’essayai de toutes mes forces de tirer dessus pour le dégager mais sans succès.

Comme je voyais qu’il était inutile d’insister, j’informai la surface de la situation et leur dit ce que j’allais faire.

Pour me libérer du fond, j’avais décidé de déconnecter mon narghilé et de remonter ensuite surface tout en respirant sur mon biberon secours où l’équipe me récupèrerait avec le zodiac de faction.

A cette époque, les narghilés étaient équipés d’un raccord qui pouvait être aisément connecté ou déconnecté dans l’eau et même dans de la vase car ce dispositif était équipé d’un système d’auto nettoyage.

Après une ou deux minutes, la surface m’informa que le zodiac était prêt et que je pouvais me déconnecter.

Dans l’ordre, je larguai le mousqueton de sécurité, déconnectai la fiche des communications, ouvris mon biberon secours et dévissai mon raccord et !!! MERDE !!! pas de gaz.

Bien sur, immédiatement je rebranchai le narghilé et commençai à râler sur le gros con que j’étais pour ne pas avoir contrôlé la pression de ma bouteille avant la plongée.

Je remis la fiche des coms et informai la surface du léger problème supplémentaire en leur précisant que cette fois il ne fallait pas traîner à me récupérer dès que j’arriverais en surface.

Ok, cette fois j’étais prêt. Toutefois, avant de larguer mon ombilical, je mis un peu plus de NITROX dans mon volume car le grand avantage du volume constant est dû au fait qu’en cas de panne d’alimentation, il est toujours possible de respirer dans le vêtement pendant une à deux minutes sans risquer l’intoxication au CO² ou comme dans le cas présent d’inspirer par le nez et expirer par le détendeur de manière à ne pas remonter en ballon.

Evidemment, remonter en pleine eau dans le noir complet et sans point de repère pour contrôler la vitesse de remontée est un peu stressant, mais finalement tout se passa bien et je crevai la surface à quelques mètres du zodiac.

Il ne fallu que quelques secondes pour être récupéré par les collègues qui me tirèrent rapidement dans le bateau.

« Content de vous voir les gars » leur dis-je.

Puis après avoir rejoins le quai et m’être rapidement déséquipé, je me mis sur oxygène pendant une heure car bien que je n’avais pas de palier à faire il était plus que probable que je n’avais pas respecté la vitesse de remontée prescrite.

 

Conclusion : La pression du biberon secours se contrôle AVANT CHAQUE PLONGEE.



Papy One


Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 14:28

Papy-One--33-.jpg

One of the biggest underwater works made in Belgium in the seventies, was the construction of the Rupel tunnel which if we take into consideration the sole underwater operation’s lasted from 1977 to 1980.

The tunnel was made of several huge elements that had to be laid and connected together across the canal of Willebroeck and the Rupel River and therefore a lot of dives had to be made at a depth of 24 meters (80 feet) by a team of nearly 20 divers.

The tasks were extremely varied such as: cutting – welding – blasting – jetting – concrete pouring - and a bunch of other interesting operations.

One of the work's I had to do during several days was to install 8’’ obturators inside drain pipes. At first glance this did not appeared to be difficult except that to reach the drain pipes, I had to progress some 40 meters inside one of the elements of the tunnel which had been completely flooded due to a construction defect, then, I had to turn left pass a door, follow the bottom concrete floor for about 10 other meters to finally reach a small square opening (50 cm x 50 cm) present in the floor of the element.

This opening gave access to a small chamber (3 m high x 1 m x 1 m) and it was there that I had to install the plug inside a drain that passed at that bottom of the room.

So in fact, the most difficult part of my work was to pass through these small square openings, and this was really not easy due to my bailout bottle. Anyway, I managed to do it every time except on this particular day of 29 March 78.

That day I could enter the room and install my plug but when my job was completed I had the disagreeable surprise to see that I was trapped in the room and could not get out of it.

Every time I tried to pass the opening above my head, I felt that my back was hooked by something. At first it didn’t bother me; I just tried calmly for several times. But after 10 or 15 minutes unsuccessful trials I really started to get nervous and the more I tried the more I blocked.

Finally, after having made a real effort to calm down again, I decided to stay at the bottom of the chamber and ask for a stand by diver. Unfortunately in those years, it was not yet the policy of the diving companies to have a stand by diver ready and so I had to wait nearly 20 minutes more before my teammate arrived above the opening and helped me to come out of my grave.

In fact what had happened was that one of the straps of my bailout had come loose and hooked to a rebar each time I tried to come out.

 

Conclusion: 

Do not like the idiots we were at that time.

Have a standby diver ready in any circumstance.

 

Papy One

 

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 10:57
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux
Quelque uns de mes travaux

Quelque uns de mes travaux

Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 20:58

 Photo : Immersion d'un élément

L’un des plus gros chantier de travaux réalisé en Belgique durant les années 70, fut sans conteste la construction du Rupel tunnel, qui rien qu’en ce qui concerne les travaux sous-marins réalisés à plein temps dura de 1977 à 1980.

Le tunnel était constitué d’énormes éléments qui devaient être assemblés et posés dans le fond du canal de willebroeck et du Rupel.

Une vingtaines de plongeurs en moyenne évoluaient quotidiennement à – 24 mètres de profondeur pour accomplir des tâches extrêmement variées telles que :

Du découpage – de la soudure – du jetting – du bétonnage – de la démolition à l’explosif et un tas d’autres opérations intéressantes.

Une des prestations qui me fut confiée pendant quelques semaines, consistait à installer des obturateurs dans des tuyaux de drainage.

A première vue, cela ne semblait pas être une opération difficile à réaliser, sauf que pour atteindre les dits tuyaux, je devais d’abord m’engager sur une distance d’environ 40 mètres dans un des éléments du tunnel qui suite à un vice de construction avait été complètement noyé. Puis, je devais pénétrer via une ouverture de 50 x 50 cm dans une mini chambre de visite (3 m de haut x 1 m x 1 m de large) qui n’avait pas été prévue pour un plongeur et là dans le fond de la chambre, je devais installer mon obturateur.

En fait, le plus difficile de la plongée consistait, à cause du biberon secours à passer par l’étroite ouverture carrée.

Néanmoins, jusqu’à ce 28 mars 78, je parvins à le faire sans trop de difficulté.

Ce jour là aussi, je pus rentrer dans l’espace exigu et installer mon obturateur, mais le problème se présentât lorsque je voulus ressortir de la chambre.

Chaque fois que j’essayai de sortir, quelque chose me bloquait au niveau du dos.

Au début bien sur cela n’était pas gênant car je restais relativement calme.

Mais au bout de 10 à 15 minutes d’essais infructueux je commençais vraiment à m’énerver, et plus je m’énervais, plus je bloquais.

Finalement, après avoir fait un véritable effort pour me calmer, je m’installai dans le fond de la chambre et demandai l’assistance du plongeur secours.

Evidemment, dans ces années là, ce n’était pas encore la politique des compagnies de plongée d’imposer la présence d’un plongeur secours qui soit prêt à intervenir et donc je dus attendre une vingtaine de minutes supplémentaires avant de voir apparaître la cagoule de mon collègue qui en moins de deux me dégageât de ma tombe.

En fait que c’était-il passé ?

Tout simplement, une des sangles de mon biberon secours s’était défaite et elle s’accrochait dans un morceau de ferraille à chaque fois que je voulais passer par l’étroit passage.


Conclusion :

Ne faites pas comme les cons que nous étions à l’époque.

Imposez toujours la présence d’un plongeur secours prêt à intervenir rapidement si l’analyse des risques laisse apparaître que le plongeur ne peut pas être remonté sans risque d’accrochage.


Papy One

Repost 0